Nous connaissons tous Tupac aujourd’hui comme étant une légende du Hip-Hop et synonyme de rap. Mais toute son histoire est aussi importante que sa musique.
Il est vrai que quand on entend une chanson comme le célèbre « Hit ‘Em Up », un gros tatouage « Thug Life » (trad : Vie de voyou) sur le ventre et qu’il est devenu le premier artiste à avoir un album en tête du Billboard 200 tout en purgeant une peine de prison, même si tout cela est bien réel, on a toujours du mal à se dire qu’il aurait pu être une personne à étudier dans les établissements scolaire. Mais tout cela ne définit pas qui il était en tant que personne et sa mort rapide n’aura pas aidé à montrer les nombreuses fausses idées que les gens pouvaient avoir à son égard et avec tout ceci, Tupac n’aura pas pu avoir le crédit d’être la véritable figure visionnaire et politique de sa génération. Pourtant ce dossier que nous vous proposons sur ce personnage mériterais d’être plus examiné, vu et compris par le monde entier.

Les médias ont toujours démontré Tupac comme étant une personne, un gangster dur, violent le tout éclipsant cette personne qu’il était au fond. Tupac n’avait eu aucun casier judiciaire avant de se lancer dans le rap. Aussi, alors qu’il était l’un des premiers artistes de Hip-Hop a être qualifié de rappeur « gangster », aucune de ses chansons ne soutenaient les activités des gangs ni ne promouvaient la culture des gangs. Le célèbre tatouage “Thug Life” sur son ventre et que tout le monde connaît ainsi que le code Thug Life ne démontrait en rien une proclamation à une vie de voyou comme on peut l’entendre ou une vie de crime. Cela était tout le contraire justement, il voulait plutôt démontrer une idéologie puissante, le contraire de quelqu’un ayant tout ce dont il avait besoin pour réussir et faire tout ce qu’il fallait pour survivre. C’était aussi une déclaration politique puissante sur la façon dont les gens, que l’Amérique considérait comme des voyous, étaient simplement la manifestation d’un peuple poussé par un système qui existait pour renforcer les inégalités économiques.

Interview de Tupac dans la prison de Clinton en 1995

D’ailleurs, Tupac l’avait très bien résumé dans une interview (The Lost Prison Tapes) quand il était incarcéré en 1995 à la prison de Clinton:

Je ne vous ai pas apporté la violence. Je n’ai pas la apporté Thug Life (vie de voyou) en Amérique. Je n’ai pas créé la vie de voyou; Je l’ai diagnostiqué.

Tupac prenait très au sérieux et avait de forts sentiments sur cette oppression raciale et socio-économique que connaissait l’Amérique envers les Noirs. L’une des choses qui le rendait vraiment unique était qu’il était prêt à pardonner et à plaider pour une plus grande compréhension entre les races. Il le montre également très bien à travers les paroles de sa célèbre chanson « Changes » en disant «Il n’est pas nécessaire que tu me craignes / peut-être que si tu prends le temps de m’entendre / tu peux apprendre à me réconforter ».

Tupac BET interview 1994

Dans son interview avec BET en 1994, il met aussi le doigt sur la brutalité policière en citant :

La chose principale à retenir pour nous est que, le même élément criminel où les Blancs ont peur, les Noirs en ont peur aussi. Le même élément criminel que les Blancs craignent, les Noirs le craignent. Donc, nous nous défendons du même élément criminel dont ils ont peur, vous voyez? Alors qu’ils attendent que la législation passe et que tout passe, nous sommes à côté du tueur, nous sommes à côté de lui, vous savez. Parce que nous montons dans les projets où il y a 80 niggas dans le bâtiment. Tous ces tueurs qu’ils laissent sortir, ils sont là dans ce bâtiment! Juste parce que nous sommes noirs, nous nous entendons avec les tueurs ou quelque chose comme ça ?Nous nous entendons bien avec les violeurs parce que nous sommes noirs ? Qu’est-ce que c’est? Nous avons besoin de protection aussi!

Son message était spécial car, tout en défendant en faveur des communautés afro-américaines, il comprenait que la clé du succès du pays était de combler ce fossé culturel. La preuve dans ses paroles suggèrent fortement qu’en croyant que simplement parce qu’une personne était noire ça ne les rendait pas bons et que le fait que quelqu’un soit blanc ne signifiait pas qu’ils étaient mauvais.

Afeni Shakur prend la parole a un rassemblant de Black Panthers – Tupac & Afeni

Toute cette protection et son engagement envers la communauté noir américaine, la Thug Life, ses textes et ses chansons venaient vraisemblablement du faite d’avoir eu une famille très engagé dans cette protection et cette lutte avec sa propre mère, Afeni Shakur, qui avait une place importante au sein du mouvement des Black Panthers mais aussi sa tante Assata Shakur et son beau-père Mutulu Shakur.
Il est fort probable que si Tupac n’avait pas été abattu ce fameux soir du 7 septembre 1996 à Las Vegas il serait aujourd’hui dans la vie politique. Tupac était comme Malcom X que Martin Luther King Jr. mais c’est la voix brute et non filtrée dans ses titres et interviews qu’il a amenée à intégrer l’Amérique dont il a apporté une secousse dont la nation avait besoin. Pour les autres, il représentait un aspect laid de l’oppression raciale que tant de gens préféreraient ne pas croire.

Tupac à l’extérieur du tribunal de Manhattan en 1994

Il prononça lors d’une interview en dehors du tribunal en 1994 à New York devant plusieurs journalistes réunis :

Oui, je vais m’asseoir ici et dire que je suis un voyou parce que je suis venu du caniveau et que je suis toujours là! Je ne dis pas que je suis un voyou parce que je veux te voler et te violer et tout un tas de choses, moi je suis un homme d’affaires!

Sa musique lui a donné cette authenticité unique que les autres révolutionnaires n’avaient pas auparavant. Il ne s’est jamais privé de donner des commentaires sur ses avis politiques et son engagement lors de ses interviews, ses chansons étaient également semblables à des discours politiques.

GIF Tiré du clip “Brenda’s Got A Baby”

Au delà de ça, Tupac n’hésitait pas aussi à décrire les femmes du ghetto et les problèmes connus de l’époque que presque aucun rappeur n’avait mentionnée au cours des vingt dernières années. Puis aucun rappeur n’avait parlé de cela à la manière que Tupac l’avait fait avec un de ses tubes intitulé « Brenda’s Got A Baby » (issu de son premier album 2Pacalypse Now) qui raconte cette jeune fille du ghetto à la triste vie qui ne connaît que la drogue et tout le mal jetant son nouveau né dans une poubelle.
En 1993, Tupac écrit le très célèbre « Keep Ya Head Up » (album : Strictly 4 My N.I.G.G.A.Z…) se traduisant par un hymne féministe exprimant de la compassion à l’égard de ses femmes qui comptent sur l’aide sociale pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants (souvent parce que leur père les a abandonnés).

La politique et tout ce dont vous avez pu lire n’étaient les seuls sujets que Tupac abordait. Il y avait aussi le sujet portant sur la religion.
Sa famille n’était pas particulièrement religieuse et ne souscrivait à aucune doctrine ou dénomination officielle, beaucoup des paroles de Tupac évoquent aussi le christianisme. Il n’hésitaient pas à dire que Dieu l’avait maudit pour voir à quoi pouvait ressembler la vie et pourquoi il n’avait pas peur de la mort. Comme il pouvait le stipuler plusieurs fois, si Dieu voulait qu’il soit heureux, il ne le laisserait pas se sentir aussi privé de ses droits. Il a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne craignait pas la mort parce qu’il croyait que la lumière qui pouvait briller sur les questions sociales était le travail de Dieu et que les causes pour lesquelles il se battait étaient plus grandes que son propre désir de vivre une vie heureuse et riche.
Le défaut d’égalité des revenus par exemple dans les foyers et son effet sur l’éducation n’échappaient pas à la liste des problèmes dont il se souciait.
Alors qu’il était à Baltimore vers l’adolescence, Tupac avait rejoint la Ligue des jeunes communistes de Baltimore et fréquentait apparemment la fille du chef de la section de Baltimore du Parti communiste. Bien qu’on ne le caractérise pas comme pure communiste strict, l’ascendant que cette expérience a eu sur ses convictions est une certitude pour lui comme le prouve d’ailleurs l’une de ses interviews datant de 1992 avec MTV où explique passionnément son point de vue sur la générosité et la responsabilité, des traits qu’il ressent chez certaines personnes extrêmement riches comme Donald Trump :

Tout le monde a besoin d’un peu d’aide pour être autosuffisant … il n’y a aucun moyen (ou quelqu’un) d’avoir un million de milliards de dollars … ces gens ont des avions et à côté il y a des gens sans maison, appartement, cabane, pantalon … Ce n’est pas bien !

Tupac en interview par MTV en 1992

Et il avait raison, avec cette vision que lui avait déjà à l’époque et qu’il dénonçait, nous aurions peut-être appris à ne pas donner à nos enfants les leçons d’un monde qui accorde plus de valeur à la propriété et au matériel qu’à la vie humaine. D’ailleurs comme il le cite si bien à BET lors de son entretien :

L’inégalité socio-économique conduit à l’inégalité en matière d’éducation.

Il ajoutera plus tard :

Je suis allé à l’école tout le long du trajet et j’étais prêt à aller à l’université, la seule chose qui m’arrêtait était de l’argent. Le temps que tous les enfants de mon école écrivaient pour aller à l’université, je n’avais ni lumière ni électricité et ce n’était pas la faute de ma maman.

Tupac ne croyait pas qu’il pourrait à lui seul changer le monde mais il croyait fermement qu’il serait capable de déclencher le cerveau d’une personne qui le changerait comme il le dit parfaitement bien d’ailleurs en 1994 face à MTV.
C’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous faisons une grande injustice si nous n’examinons pas plus étroitement ce qu’il laissé derrière lui. Tupac était un homme vraiment préoccupé par le sort des pauvres et des défavorisés. S’il avait vécu plus longtemps, on pourrait facilement le voir être un militant de premier plan contre des intérêts acquis en Amérique. On pourra dire ce qu’on veut sur Tupac comme le simple faite qu’il était un criminel et un voyou, tout ce qu’on veut (comme on ignore le fait que l’actuel président élu a dû régler une affaire de fraude de 25 millions de dollars avant son entrée en fonction). les batailles ne devraient pas être un baromètre utilisé pour mesurer si sa vie mérite d’être explorée. Le fait est que Tupac est une étude idéale pour les étudiants en histoire et en science politique et est aussi importante que n’importe lequel des grands écrivains et commentateurs sociaux de toute époque.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de